Appelez-moi Vomito

#GlamourInside

Voilà une autre facette de la grossesse. En tout cas la mienne.
J’ai donc commencé à être nauséeuse à 6SA.
Puis de plus en plus jusqu’à être malade. Un peu, beaucoup, passionnément.
C’est ainsi qu’en quelques jours ma vie s’est un peu transformée en cauchemar. Oui parce qu’autant je peux supporter un mal de bide, de crâne, être fiévreuse, autant vomir est quelque chose qui m’est particulièrement inssuportable.
Et comme j’ai vraissemblablement de la chance, le petit vomito du matin, le truc tout mignon du “oh c’est mignon tu es enceinte”, s’est transformé en “attends faut que j’aille encore dégueuler” a peu près 20 fois par jour.
Ouais, rien que ça.
Je vomis aussitôt que j’ai mis le pied par terre en sortant du lit (dieu soit loué, le lavabo est pas loin). Ca c’est les joours où j’ai du bol. Quand j’en ai pas, la gerbe me réveille la nuit… Le p’tit plus, et qui me défférencie des autes, c’est que je ne vomissais pas mes repas, que de la bile, comme si j’avais un excédent d’acide à l’intérieur de moi. J’avais la gorge, l’oesophage, l’estomac littéralement brûlé… L’impression de cracher du feu et d’avoir l’estomac transformé en immense bleu douloureux. Cette impression d’avoir aussi une haleine de rat crevé et de sucer des bonbons au Destop toute la journée.

J’ai bien entendu tenté toutes les méthodes de grand-mère possibles et inimaginables, de la plus entendue à la plus improbables… En vain.
J’ai tenté l’homéopathie, le gingembre (qui empire les choses), le citron, les tucs, l’alccol de menthe sur un sucre (même pas eu l’temps de l’avaler celui-là). Tout.
Clairement, mon estomac s’en bat le steack. Et puis lassée de voir ma gueule de cadavre tous les jours, épuisée de vomir H24 et d’avoir l’impression qu’au prochain aller aux WC tu vas y laisser 3 côtes ou tes genoux, lassée aussi des “c’est pour la bonne causeta gueule connasse j’ai cédé. J’ai craqué : en mode détresse totale, j’ai appelé ma gynéco à l’aide, en panique. Elle a bien compris. Tu m’étonnes. Elle a eu deux gosses et m’a dit qu’elle avait vécu un calvaire à cause de ça… Bref, elle m’a filé du Primperan… J’me suis dit wouaw, je vais revivre.
J’y ai cru.
24h.
Tu parles, ça n’a rien changé, au contraire, j’ai commencé à gerber mes repas, et accusé le retour des remontées gastriques genre puissance 10. Résultat en 2 jours = 1,5kilos en moins, des saignements de nez, et j’me suis mise à gerber du sang. Autant te dire qu’un vent de panique à commencer à me traverser. Direction, le doc en urgence… Après examen, le verdict est sans appel : gastrite. En somme, les muqueuses de mon estomac sont HS, rongées par l’acide. J’ai le droit à un traitement (le seul compatible avec la grossesse alors autant vous dire que tu sers les fesses pour que ça marche). 1h après, terminé les brûlures et remontées acides : déjà rien que ça, wouaw, t’as envie de pleurer juste parce que tu as l’impression d’avoir retrouver un oesophage, une haleine humaine et un semblant de dignité. Et puis pendant 4-5 jours, j’ai revécu… De très légères nausées l’aprem’, un p’tit vomito mignon de femme enceinte le matin…. et basta. Ouais, mais ça a duré quelques jours.

C’était il y a 15 jours. Je n’ai certes plus de remontées, ni brûlures, mais je REvomis toujours autant “d’acide”, un repas sur deux, tout ce que je bois si je bois trop vite ou trop d’un coup. Même si je crève littéralement la dalle, manger est devenu franchement un calvaire (ouais quand t’as la nausée clairement, tu as envie d’rien). Digérer ? Mouarf. Ca se résume en hoquets et rots intempestifs et des contractions de l’estomac ; certes pas douloureuses, mais tu sens que le pauvre il en chie sa race.
Puis avec la nausée et mon nez super-bionique, certaines odeurs me sont insupportables, avec TRES TRES largement en tête celle de la lessive…. Une catastrophe. J’ai changé 4 fois de marque, rien à faire = ça pue, ça m’écoeure, c’est atroce. Moi qui aimait tant ma p’tite lessive, mes p’tits draps tout frais, laisse tomber maintenant c’est un cauchemar.
S’en suit l’odeur de la viande et du café, (même si j’en ai envie, l’odeur me répugne) et du shampoing/savon. Ma chérie a d’ailleurs interdiction de mettre du déo, parfum, crème quelqconque avant de se coucher… J’passe sur l’odeur du tabac (elle fume) qu’elle porte sur elle, atroce. Ouais, j’deviens un tyran :-$. Cela dit, moi même je ne mets plus mon parfum… J’ai changé de déo (un truc sans odeur), changé de savon (sans odeur aussi). Bref. Paye ton organisation.

Du coup mon quotidien c’est pas le parcours du combatant, c’est le parcours du vomito : le matin je m’arrête 3/4 fois sur la route. J’ai adopté mon “sac à vomi” dans la voiture. J’me ballade jamais sans ma brosse à dent… J’ai rebaptisé à peu près tous les parkings de ma ville, visité toutes les chiottes des commerçants du coin… Ma femme maitrise parfaitement l’arrêt de la bagnole en urgence.
C’est aussi la galère au bureau… J’évite au maximum les réunions, les déplacements ; chaque appel c’est une mission pour les abréger, car oui, ça m’est déjà arrivé que la gerbe me prenne au milieu d’une cnoversation (j’ai pretexté une coupure téléphone…. car j’ai littéralement dû raccrocher au nez de mon client).
Bref, et j’ai cette chance que mes collègues soient au courant car je ne vois techniquement pas comment j’aurai pu expliquer tout ça…

J’suis à 12SA, bien sûr, je n’ai pas pris l’ombre d’un gramme (mais j’arrive à maintenir mon poids) ; parait que c’est à partir de maintenant que les hormones retombent et que les nausées diminuent/disparaissent… (oui j’ai chéqué tous les tableaux des dosages HCG à la recherche du moment où ces hormones redescendent!)
Si vous saviez comme j’espère… putain, si vous saviez !

Auteur de l’article : La Blonde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *