[Emotion inside] L’annonce à mon père (le 20 otcobre)

Mon père, c’est le mec qui me tanne depuis 5/6 ans avec ses « quand est-ce que tu fais un enfant » ? … Jusqu’à me proposer, lors de ma dernière séparation, de m’accompagner dans mes démarches, quitte à m’héberger sur la fin pour être spur que je puisse aller à la clinique en temps et en heure. Lui ne voyait aucun problème à avoir un enfant en tant que mère célibataire. Alors dans l’absolu, il n’y en a aucun, mais pour moi, je ne m’en suis jamais sentie la force, ni le courage.

Il est évident que si je ne l’avais pas rencontré, je me serai « résignée »… L’horloge biologique te rappelant que tu commences à trénasser un peu trop. Mais la chance était de mon coté. Et très vite, j’ai mis les choses au clair sur mon désir de matérnité ; Pour autant, vu la relation naissante, je ne lui ai jamais mis un couteau sous la gorge pour qu’elle s’implique, mais elle l’a fait d’elle-même. C’est quelque chose dont elle rêve : devenir maman (mais elle ne désire pas le porter). Les choses se sont donc fait assez « naturellement », assez « fluidement » si j’puis-dire.
Quant à mon père, j’crois que le fait d’être papy « de sang » (car il l’est déjà par l’intermédiaire du fil à ma belle-mère), le travail un temps soit peu.
Finalement, mes 2 premiers essais ont été fait avec ma compagne, mais pour le 3ème, le gagnant, c’est mon père qui était avec moi…. Signe du Destin ?
Comme s’il avait fallu que l’absence de ma mère soit finalement « comblée » par la présence de mon père (?).
On ne saura jamais, mais la magie a opéré ce jour-là et c’est tant mieux;

Hier donc était le « grand » jour. Il savait que je saurai si c’était bon ou pas après 15 jours. Sauf que, même si dans l’idéal j’aurai préféré attendre les fameux 3 mois… je ne voulais pas non plus me retrouver « prise au piège », c’est à dire qu’il me pose la question par sms/téléphone. Je voulais lui annoncer de vive-voix.
Nous voilà donc parties chez lui, pretextant une esxcuse bidon (aller chercher des clopes en Espagne pour la Brune). Vu que tout le monde sait que je ne rechigne pas sur un p’tit verre de vin à l’apéro, j’avais dit à la brune que je ferai comme si je n’étais pas enceinte…. Et c’est ce que j’ai fait :
« Un petit verre de vin ? »
« Oui avec plaisir ».
Elle me l’a dit après, mais le fait de lui dire oui lui a oté tout doute sur une potentielle grossesse… Et du coup, elle n’a pas posé LA question. Ouf. Rien n’aura interféré dans notre plan 🙂

Vient l’heure où tout le monde est ENFIIIIIN à table. J’sors ma bouteille de vin designée juqu’à 1h du mat’ par nos soins (St Emilion quand même!) :

Mon père ne comprend pas instantanément.
C’est ma belle-mère qui se lève la première et vient m’embrasser, suivie par mon père qui me prend dans ses bras.
Vu la graine de papa ours je pensais sincèrement qu’il ferait une remarque sarcastique « enfin » ou quelque chose dans le goût, mais rien. On a juste vu qu’il avait les yeux bien brillants et rougis… et qu’il est parti quelques secondes dans le couloir…
Mon père qui habituellement ne boit pas plus que ça, a tombé la bouteille avec la brune…
Il ne semblait plus vouloir que l’on parte et donc pour la première fois il nous a embarqué au Barcarès faire une promenade en famille…

Ce fût franchement une belle journée, pleine d’émotion, qui s’est achevée en apothéose sur un SMS de lui « merci, merci, merci ». Simple, direct, efficace.

NB : Le problème d’écrire ce genre de billet quand tu es blindée d’hormones, c’est que tu ne fais que chialer…

Auteur de l’article : La Blonde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *